En 2018, huit des dix premiers secteurs d’exportation wallons, lesquels comptent pour environ 80% de notre commerce extérieur, ont enregistré des résultats en hausse. Un bilan aussi positif sur le plan sectoriel ne s’était pas produit depuis 2011. Cela confirme le caractère porteur de l’activité économique à l’échelle européenne et mondiale l’année dernière qui a contribué à stimuler la demande internationale de biens industriels et de consommation. 

Parmi le top 10 de l’export wallon, les ventes des produits des industries chimiques et pharmaceutiques maintiennent un niveau de croissance remarquable sur les marchés étrangers en 2018 (+17,4%), tout comme en 2017 (+20,7%). Cette performance leur permet de facilement consolider leur place de premier secteur d’exportation wallon (36,4% du total). Cela exprime essentiellement l’expansion considérable de 18,8% des livraisons de produits pharmaceutiques sur les marchés mondiaux, lesquels accaparent 77% des ventes extérieures de produits chimiques et 28% du total wallon. 

Sans atteindre un rythme de progression équivalent, les exportations des deux autres filières d’importance du secteur chimique, que sont la chimie de base et la chimie de spécialité (engrais, produits d’entretien, peintures, cosmétiques), se portent également très bien en 2018, affichant des croissances respectives de 9,8% et de 14,3%. 

Il faut aussi mettre en évidence la poursuite des bons résultats des exportations des métaux communs et ouvrages (+10,6%), après une excellente prestation en 2017 (+23,5%). Le succès de cette branche sectorielle, qui constitue notre deuxième poste à l’exportation (14,9% du total), traduit une situation conjoncturelle très favorable pour le secteur sidérurgique qui profite d’une progression robuste de la consommation d’acier dans les principaux secteurs utilisateurs : le bâtiment, la construction mécanique et le matériel de transport. 

La bonne santé du secteur de matériel de transport est confirmée par la croissance appréciable en 2018 (+10,6%) des exportations des entreprises wallonnes appartenant à cette filière. Parmi les autres secteurs, il faut également relever les résultats positifs sur les marchés extérieurs des ventes de bois et ouvrages en bois (+15,1%), de matières textiles (+12,1%), de produits agroalimentaires et boissons (+8,0%), d’instruments d’optique et de précision (+7,2%), d’ouvrages en pierres, ciments, céramiques et verres (+5,2%), de produits minéraux (+1,7%) et de machines et équipements (+1,4%). 

Malgré le niveau plutôt bas de la croissance des exportations de machines et équipements en 2018, celle-ci est à mettre en évidence car elle semble mettre fin à deux années de déconvenue entraînée par l’impact de la fermeture de Caterpillar sur le niveau des exportations de ce secteur. 

Par contre, les ventes extérieures de matières plastiques et caoutchouc, notre quatrième secteur d’exportation, ne profitent pas du dynamisme de la production industrielle en s’affichant l’année dernière en baisse de 1,1%. Nous devons également constater que les exportations de certains autres secteurs ont marqué le pas en 2018, tels que les animaux vivants et produits du règne animal (-7,3%), les pâtes de bois, papiers et cartons (-3,6%) et les produits du règne végétal (-22,9%). 

Pour terminer, il est utile de préciser que la décroissance des  exportations d’animaux vivants et produits du règne animal est tributaire à la fois de la diminution des ventes de produits laitiers (-11,3%) et de viandes (-8,7%) sur les marchés étrangers.

Retour en haut back to top