1. Ne pas négliger les aspects juridiques, administratifs, logistiques et fiscaux

Il est conseillé de s’adresser à un bon bureau d’avocats, un transitaire ou à une fiduciaire afin de prendre les précautions nécessaires en matière de protection administrative, juridique, fiscale et de gestion du risque.

2. Prévoir une présence locale en prenant le temps de choisir soigneusement son partenaire

La formule la plus souvent adoptée par les entreprises qui connaissent du succès au Congo, est d’ouvrir un bureau de représentation en collaboration avec un partenaire local sérieux du secteur privé. Ce partenaire est essentiel dans les relations avec ses clients et avec les administrations. Rien ne peut remplacer le savoir local comme source d’informations et comme facilitateur auprès des nombreuses administrations. Mais trouver le bon partenaire exige du temps, de la patience et de l’expérience. C’est une étape cruciale à ne pas négliger.

3. L’établissement de relations personnelles avec le partenaire local, ses clients et l’administration, est également un élément clé de la réussite commerciale et de la gestion du risque.

4. La culture congolaise accorde une grande importance au respect de la hiérarchie. Lors de la prospection, il est donc important que le représentant de la société belge ait un pouvoir de décision.

5. Garder le plus de souplesse possible par rapport à la particularité du pays : transport parfois difficile occasionnant des retards fréquents, coupures d’électricité et d’eau, chaleur et moustiques.

Retour en haut back to top