Les infrastructures

Des investissements en infrastructures comme principal moteur de la croissance

Les projets à grand échelle d’infrastructures (construction en cours de la deuxième ligne de métro et projet de construction de la troisième ligne de métro à Panama City, restructuration urbaine à Colon et un quatrième pont surplombant le canal) et les revenus croissants dus à l’expansion du canal de Panama (officiellement ouvert depuis juin 2016), devraient favoriser une légère hausse de la croissance en 2017. En effet, l’expansion du canal devrait permettre aux exportations de marchandises d’augmenter de 28,3% par rapport à 2016. Cette expansion devrait transformer le pays en un carrefour maritime reliant l’Amérique du Nord et l’Asie.

Le secteur de l'énergie

La génération et la distribution sont privatisées alors que la transmission reste publique. Plus de 60% de l’électricité est d’origine hydraulique, en raison de l’importance du réseau fluvial du pays (500 fleuves, rivières et lacs). Le reste est d’origine thermique. 

Le Panama a récemment été classé troisième dans une étude comme l'un des pays les plus attractifs pour investir dans l'énergie propre.

Il y a des projets en cours dans :

- solaire
- vent
- charbon propre

- GNL
- Hydro

Le Gouvernement a bien sûr à cœur de garantir sur le long terme la distribution d’énergie et de faire ainsi face à la demande croissante (notamment en raison de la politique de grands travaux). 

Il existe donc de nombreux projets dans ce domaine. Le Plan National de l’énergie 2009-2023 prévoit des investissements de l’ordre 2,327 milliards USD, tant dans le domaine de la génération d’électricité que dans la transmission, la distribution, les interconnexions électriques et les biocombustibles. Ce plan préconise la diversification de la matrice énergétique du pays moyennant : 

  • Une meilleure utilisation des ressources hydrauliques nationales
  • La production et l’utilisation d’autres énergies propres (éolienne et solaire. Premier parc éolien construit fin 2009 et mise en place récente du premier système d’énergie solaire)
  • La production de bioénergie
  • La substitution du pétrole par le charbon dans la génération électrique
  • Mise en place d’un plan d’usage rationnel et efficace de l’énergie
  • Accès à l’énergie pour toute la population  

Le Panama cherche à devenir un hub énergétique pour la région d'Amérique centrale. Il existe 2 grands projets d’interconnexion électrique au Panama : le premier reliant les pays d’Amérique centrale et le second, avec la Colombie. Ces 2 projets s’inscrivent dans du Plan Mesoamerica (anciennement Plan Puebla Panama) ayant pour objectif l’intégration énergétique de cette région aux pays andins.

En août 2012, une nouvelle loi a été créée pour promouvoir la construction et l'exploitation de centrales électriques basées sur le gaz naturel pour la fourniture d'électricité.

Le Canal et les activités portuaires et logistiques

Le secteur logistique et portuaire joue un rôle essentiel dans l’économie du Panama en raison de la présence du Canal, du port et des activités de logistique à ses extrémités, du chemin de fer transocéanique et hub aérien. Le Panama est devenu une véritable plate-forme multimodale (mer – terre – air) à laquelle vient s’ajouter le secteur des communications. Le secteur logistique y compris le canal représente 35 %  du PIB du pays.

Jusqu’à 1999, le Canal et la Zone du Canal étaient gérés par l’Administration du Canal, dépendant du Gouvernement des USA. Cette gestion a été rétrocédée au Panama en 2000. L’Administration du Canal est depuis entre les mains de  l’Autorité du Canal de Panama (ACP). 

Le Canal assure le transit de 5% du commerce mondial de marchandises. Plus de 14.000 navires le traversent chaque année (navires de croisière, de transport de marchandises). Il assure essentiellement le transport maritime entre l’Asie et la Côte Est des USA, entre la Côte Est des USA et la côte Ouest de l’Amérique du Sud, entre l’Europe et la Côte Ouest des USA et du Canada. Les principaux utilisateurs du Canal sont les USA, la Chine et le Japon. Son élargissement  ainsi que la construction d’un 3ème jeu d’écluses permettra le passage de bateaux post-panamax (12.000 TEU) et accroîtra considérablement les activités  liées). Des infrastructures portuaires se sont développées aux extrémités du Canal. Elles sont parmi les plus modernes d’Amérique latine et devraient se développer davantage avec l’élargissement du canal : terminaux à conteneurs, centres de transbordement, ligne de chemin de fer transisthmique Panama-Colon. L’ensemble des activités maritimes, hors Canal, sont administrées par l’Autorité Maritime de Panama. 

Le système portuaire panaméen comprend 30 ports : 13 privés, 15 publics et 2 militaires et 3 quais pour l’amarrage de navires de croisière, activité en plein essor. L'infrastructure du canal de Panama et de ses ports constitue ensemble le plus grand port d’Amérique latine.

Les télécommunications

Le secteur des télécommunications connaît un véritable essor depuis la privatisation et la libéralisation du marché en 2003. La situation privilégiée du Panama en Amérique a permis de tisser un nœud mondial en télécommunications. 5 des principaux réseaux de fibres optiques sous-marins du continent traversent le Panama, générant ainsi nombre d’opportunités d’affaires. De nombreux call-centers sont désormais établis au Panama, par exemple, ainsi que de nombreuses entreprises de software,…

L'agriculture, l'élevage et la pêche

Le secteur primaire n’est pas très important pour l’économie panaméenne et accuse un net recul depuis quelques années, notamment en raison de l’accent mis sur le développement d’autres activités ainsi qu’au déclin de la production bananière. En outre, les cultures traditionnelles (banane, café, sucre) sont peu à peu remplacées par d’autres productions plus rentables telles que la pastèque, le melon, l’ananas, l’igname. Désormais, la culture du café se concentre sur le segment bio et haut de gamme. 

L’élevage est surtout dominé par la production ovine et avicole. Quant à la pêche (côte pacifique du pays), elle se décline en pêche industrielle et artisanale. Cette dernière, bien que modeste couvre plus des 2/3 des exportations (thon, mérou, farines de poisson, crevettes d’élevage, langoustes).

De réelles opportunités existent aussi dans ce secteur, notamment, dans les domaines connexes tels que logistique, chaînes du froid, agro-tourisme.

Par ailleurs, le gouvernement cherche à augmenter le soutien au secteur agricole. Il est nécessaire d'augmenter la productivité pour répondre aux demandes du marché. Le gouvernement cherche à renforcer le crédit et à poursuivre d'autres politiques en faveur de l’agriculture.

Dans le passé, l'agriculture a souffert à cause d'investissements publics limités, de déficiences en infrastructures et d’une forte concurrence, en particulier des produits américains qui entrent au Panama sans droit de douane, selon l'accord de libre-échange entre les deux pays.

Afin de relancer l'industrie locale de la banane, le gouvernement a signé un accord avec Del Monte (États-Unis), qui investira 100 millions de dollars pour remettre en production d’anciennes plantations bananières.

L'industrie minière

Le secteur minier sera stimulé par le projet « Cobre Panama », une joint-venture entre First Quantum Minerals (Canada) et Korea Panama Mining (Corée du Sud), qui prévoit une production de 320 000 tonnes de cuivre et 100 000 onces d'or par an. Cependant, les prix bas du cuivre sont susceptibles de retarder le démarrage de la production, qui est prévue pour la deuxième moitié de 2017.

Banques & Assurances

Créé en 1970, le Centre Bancaire International (CBI) a connu un développement rapide et est devenu très vite la première place bancaire en Amérique, en raison d’un cadre monétaire et fiscal favorable, confirmé par la dollarisation de l’économie. Aujourd’hui, ce sont plus de 90 banques qui sont installées au Panama. Au niveau des assurances, les principaux segments concernés par ce développement sont : assurance automobile, assurance santé, assurance vie, assurance sur les transports de marchandises.

Le tourisme

Malgré les nombreuses attractions touristiques du pays, autres que celle de la zone du canal (nature, paysages, plages, montagnes),  les Autorités panaméennes n’ont pris qu’assez tard la mesure du potentiel à promouvoir. Les choses changent et le Panama devient désormais une destination tropicale exotique à la mode, d’autant plus que le pays est relativement à l’abri des catastrophes naturelles (cyclones et séismes). 

Le sous-secteur des croisières touristiques est lui aussi en plein boom. De même que l’activité hôtelière. Le tourisme de congrès est aussi en croissance au Panama.

Panama : une plate-forme de stockage de carburant

Vtti devient un partenaire stratégique de Patsa

Global SLI a conclu une alliance stratégique avec Vtti pour renforcer les opérations actuelles et la croissance de Petroamérica Terminal S.A (Patsa), un terminal de stockage, situé sur l’ancienne base navale de Rodman. VTTI est une entreprise avec une grande expérience dans le transport et le stockage de produits pétroliers, présente sur cinq continents. Elle s’est associée à Patsa en tant que partenaire stratégique pour mettre en œuvre de meilleures pratiques et pour développer une nouvelle infrastructure.

Cette alliance fait partie du projet de Global SLI qui vise à attirer des investissements de qualité au Panama dans le but de favoriser le développement économique et logistique du pays.

Patsa opère depuis le Parque Industrial Marítimo de Panamá S.A (Pimpsa), qui dispose de 44 citernes de stockage (37 souterraines et 7 en surface). Il a une capacité de stockage de 1,5 millions de barils et offre actuellement des services de stockage entre autres pour l’essence 91, l’essence 95, le diesel léger et le mazout, pour les clients qui vendent des carburants sur le marché local et régional.

L’intégration de Vtti à Patsa valorise davantage Panama comme plate-forme logistique et diversifie l’offre de services y afférents, requis par le canal de Panama et son récent agrandissement, ce qui a une incidence positive sur la plate-forme de services du pays.

« Global SLI continue de coopérer en vue d’attirer des investisseurs de premier rang au Panama, comme Vtti, une société présente à l’échelle mondiale dans le domaine de la logistique. Il s’agit d’une nouvelle positive pour le pays, qui permet à l’isthme de s’imposer comme plate-forme logistique », a indiqué Guillermo Liberman, président de Global SLI.

« Pour Vtti, l’entrée sur le marché du Panama avec un partenaire comme Global SLI représente une occasion en or. Le Panama jouit d’une croissance économique soutenue et d’une demande croissante de carburants ; il joue un rôle important à échelon régional en favorisant les échanges grâce à l’infrastructure du canal de Panama. Avec Global SLI, nous élaborons des plans pour agrandir Patsa et pour améliorer chaque jour nos services à ces marchés », a déclaré Rob Nijst, directeur général de Vtti.

Source : http://www.capital.com.pa/potenciaran-a-panama-como-un-hub-de-almacenamiento-de-combustibl/

L'industrie du cuivre au Panama

La demande mondiale de cuivre augmente, avec un taux de croissance annuel prévu d'environ 2,6 % jusqu'en 2027. Ce métal polyvalent est utilisé dans une large gamme de biens de consommation. La demande augmente rapidement en raison de l'utilisation intensive du cuivre dans les énergies renouvelables. Le cuivre diversifiera l'économie panaméenne et augmentera la croissance annuelle de son PIB. Depuis 2013, la société canadienne First Quantum Minerals a déjà effectué d'importants investissements dans la mise en valeur de la mine Cobre de Panama, d'une valeur de 6 milliards USD. Actuellement, le secteur minier ne contribue qu'à hauteur de 2,5 % au PIB. Le premier navire panaméen  avec un chargement de 31 200 tonnes de cuivre a été exporté en juin 2019, ce qui permet de croire que l'industrie a une chance de se développer et de croître pour atteindre 9,5 % du PIB panaméen.
Le cuivre est le troisième métal industriel le plus consommé dans le monde, derrière le fer et l'aluminium. Il est utilisé dans les câbles, les fils et l'électronique. Ce métal est largement utilisé dans l'industrie manufacturière et les infrastructures de la Chine, ce qui lui permet de maintenir une demande constante. Le développement des grandes infrastructures en Inde nécessite également du cuivre, ainsi que des projets et des activités de fabrication au Japon. La demande de ces grands pays stimule la croissance de l'industrie du cuivre. Actuellement, le Chili est le premier producteur mondial de cuivre. Son industrie minière est bien établie, s'appuie sur un cadre juridique pertinent et s'engage de plus en plus en faveur de l'environnement et des pratiques durables. Le Chili est un modèle en termes d'industrie du cuivre pour le Panama. De façon plus générale, les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine menacent de faire grimper les perspectives haussières du cuivre. Les stocks sont près de leur niveau le plus bas depuis janvier 2015. De plus, le nombre de projets chinois est à son plus faible niveau depuis des décennies, selon Wood Mackenzie - une guerre commerciale pourrait réduire l'activité industrielle et la demande de cuivre.

Toutefois, bien que l'avenir du cuivre semble prometteur, les tensions entre les États-Unis et la Chine pourraient avoir un impact négatif sur l'avenir de l'industrie. Les stocks de cuivre de la Chine sont à leur plus bas niveau depuis janvier 2015. En outre, le pays a arrêté la progression d'une poignée de projets nationaux et d'innovations. Ceci est dû au fait que la Chine refuse d'acheter des déchets métalliques de cuivre des États-Unis. En fin de compte, la demande de cuivre pur en provenance du Panama diminue, ce qui, à son tour, fait baisser le prix mondial. 
Le cuivre est largement utilisé dans les sources d'énergie renouvelables, comme les éoliennes et les panneaux solaires. Alors que le monde se convertit aux sources d'énergies renouvelables et abandonne les combustibles fossiles, l'approvisionnement en cuivre deviendra plus important que jamais. Les achats d'énergies renouvelables par les entreprises ont doublé entre 2017 et 2018, montrant l'importance de l'industrie qui connaît des taux de croissance exponentiels et d'un métal essentiel à sa croissance. Les véhicules électriques utilisent également de grandes quantités de cuivre. Avec des pays comme le Costa Rica  qui est à la recherche d'opportunités dans le secteur de l'électricité pour stimuler leurs économies, la demande de véhicules électriques est en augmentation. La Chine est actuellement le premier producteur mondial de véhicules électriques et les relations diplomatiques entre la Chine et le Panama se développent rapidement. 28 accords bilatéraux ont déjà été conclus entre les deux pays, et 19 autres viennent d'être annoncés. Il est fort probable qu'un accord de libre-échange suivra bientôt. Il s’agit d’une excellente nouvelle pour ceux qui investissent dans l'industrie du cuivre au Panama, compte tenu de la demande de cuivre de la Chine.

Le Panama possède l'une des plus grandes nouvelles mines de cuivre au monde. Jusqu'à tout récemment, la richesse en cuivre du pays était restée inexplorée en raison de problèmes d'accessibilité. First Quantum Minerals, une société minière canadienne, a récemment fait le plus gros investissement du pays  (mis à part le projet du Canal) pour explorer les gisements de cuivre du Panama. Avec l'aide de First Quantum Minerals, le complexe minier local Cobre Panama a traité son premier minerai en 2019, 50 ans après la découverte des gisements de cuivre, et prévoit d’en extraire 100 millions de tonnes par année à partir de 2023. Ce premier investissement minier ouvre la voie aux mines de cuivre du Panama. On s'attend à ce que d'autres se joignent à cette industrie de plusieurs milliards USD. Le Panama occupe une position stratégique pour répondre aux besoins en cuivre de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud. De plus, les zones franches et le port du canal de Panama facilitent le commerce. Le pays dispose d'un grand nombre d'accords de libre-échange et d'accords bilatéraux auxquels les entreprises peuvent avoir accès pour soutenir leur commerce du cuivre à l'étranger. Les sociétés de services miniers ont également la possibilité d'entrer au Panama et de soutenir les entreprises d'extraction. Les entreprises qui peuvent mettre en œuvre des pratiques durables de gestion de l'eau et réduire l'impact environnemental des entreprises minières peuvent fournir des services de grande valeur. Les entreprises de santé et de sécurité, de systèmes logiciels, de gestion des déchets et de transport peuvent également fournir des services de valeur aux entreprises minières du Panama. De plus, l'énergie propre est l'un des principaux moteurs de la demande de cuivre à l'heure actuelle, les entreprises d'énergie renouvelable ont la possibilité de se connecter avec de nouveaux producteurs de cuivre au Panama. Ceux qui participent directement à l'exploration peuvent aussi explorer des possibilités d'exportation.

Il s’agit du deuxième investissement en importance que le Panama ait jamais réalisé, le premier étant le canal. Son économie en bénéficiera à coup sûr de plusieurs façons. Premièrement, les opportunités sur le marché du travail augmenteront considérablement. A ce jour, le projet compte près de 13.000 partenaires de 43 pays différents. De plus, 3 000 emplois locaux seront créés grâce à l'accroissement de l'activité et de la présence dans les collectivités. Pour ce qui est de l'industrie minière seulement, le projet créera près de 6 500 emplois au Panama. Dans l'ensemble, les nouveaux emplois encourageront, entre autres, la baisse du taux de chômage et l'investissement étranger direct. De plus, l'accès du Panama au canal lui donne la possibilité d'expédier le cuivre partout dans le monde. Selon FocusEconomics, la croissance au Panama devrait s'accélérer en 2019 grâce à l'augmentation des dépenses privées et à de solides investissements publics dans les infrastructures. Les analystes prévoient que l'économie du Panama connaîtra une croissance de 4,9 % en 2019 et de 4,8 % en 2020.

Source : https://www.focus-economics.com/blog/panama-copper-industry-opportunities-2019? - Biz Latin Hub -  consulté le 25 juin 2019 – traduction libre de l’AWEX

Retour en haut back to top