Contexte général

Située dans un environnement régional marqué par les crises, la Jordanie s'efforce de préserver sa stabilité et son identité. Elle se veut un exemple de modération et de modernité au Proche-Orient de par ses choix politiques et économiques. Le Royaume possède un atout politique qui lui procure des avantages au niveau financier. Son développement bénéficie de l'attention des grands pays occidentaux et des monarchies du Golfe grâce à son statut d'élément central de stabilité dans la région et à sa capacité à garantir la tranquillité de ses frontières.

En effet, le contexte actuel régional n'a pas empêché l'économie jordanienne de connaître une prospérité économique depuis les années 2000. La Jordanie est l'un des pays de la région les plus engagés dans les réformes (privatisations, réformes fiscales, ouverture du secteur bancaire, etc.). Le rythme des politiques de modernisation économique, entamées par le Roi Hussein et amplifiées par le Roi Abdallah II, est même accéléré avec l'appui stratégique des Etats-Unis, dans le cadre des accords de paix avec Israël. Le pays jouit d'une libéralisation économique avancée, concrétisée par l'entrée en vigueur de plusieurs accords commerciaux (38 à travers le monde), notamment l'accord d'association avec l'UE et l'accord de marché libre avec les USA.

La Jordanie est par ailleurs membre de plusieurs grandes organisations internationales et régionales comme: l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), l'Organisation Nations Unies (ONU), l'UNESCO, la Ligue Arabe, la GAFTA, etc.

La Jordanie, économie émergente de taille moyenne, très ouverte au commerce extérieur et soutenue par sa position de refuge pour les capitaux irakiens, syriens et palestiniens, est cependant relativement vulnérable. Elle est classée par la Banque Mondiale comme un « pays aux revenus moyens faibles ». Elle est en effet dépendante au niveau de l'importation pour une grande partie de ses besoins et son économie budgétaire est fragile du fait d'un endettement important et croissant; même si ce dernier n'est pas excessif et est bien couvert.

De plus, la Jordanie est limitée dans ses ressources naturelles: absence d'hydrocarbures, ressources en eau parmi les plus faibles au monde, terres cultivables ne représentant que 6% de sa superficie. Ses sources minières sont cependant importantes, essentiellement le phosphate et la potasse. Son PIB, inférieur à 25 milliards EUR, est tiré par le secteur des services: financiers (la première banque arabe est une banque jordanienne) mais aussi par le tourisme, le commerce et l'immobilier. Le secteur manufacturier représente moins de 30% du PIB.

Les principaux secteurs économiques

L'agriculture représente 4,2% du PIB et emploie 1,8% de la population active. Le manque d'eau constitue un obstacle au développement de l'agriculture. Les principales récoltes sont le blé, l'orge, les lentilles, les tomates, les aubergines, les agrumes, les olives et les raisins.

Les phosphates et le potassium sont les seules ressources naturelles exploitées du pays. Six gisements d'uranium, identifiés ces dernières années, restent à ce jour non exploités alors qu'ils représentent 3% des réserves mondiales.

L'industrie (principalement pharmaceutique) et l'exploitation minière contribuent à 29,6% du PIB et emploient 18,5% de la population active, proportion qui a augmenté ces dernières années. L'industrie manufacturière, qui reste plutôt limitée, est dominée par les textiles, secteur actuellement en crise à cause de la concurrence internationale.

Le secteur tertiaire, qui emploie 79,6% de la population active, contribue à 66,2% du PIB. La Jordanie est particulièrement active dans le domaine des technologies de communication et des services financiers. Les secteurs de la distribution et des infrastructures touristiques contribuent aussi de manière importante au PIB, bien qu'ils aient connu un ralentissement au cours de ces dernières années. Les secteurs de la construction et des transports sont en plein essor. Le gouvernement encourage également les secteurs des nouvelles technologies de l'information et du tourisme.

Relations commerciales de la Jordanie

Principaux clients (% des exportations) 2016

  • Etats-Unis: 20,8%
  • Arabie saoudite: 13,2%
  • Irak: 6,6%
  • Inde: 6,5%
  • Emirats Arabes Unis: 5,3%
  • Koweït: 4,5%
  • Liban: 2,5%
  • Palestine: 2,3%
  • Qatar: 2,3%
  • France: 2,2%

Principaux fournisseurs (% des importations) 2016

  • Chine: 14,0%
  • Arabie saoudite: 12,1%
  • Etats-Unis: 7,0%
  • Allemagne: 4,6%
  • Emirats Arabes Unis: 4,6%
  • Italie: 4,4%
  • Turquie: 3,5%
  • Japon: 3,3%
  • Corée du sud: 3,2%
  • Roumanie: 3,1%

Principaux produits échangés

Produits exportés en 2016

 

  • Vêtements spéciaux destinés à des fins professionnelle: 15,6%
  • Médicaments: 6,2%
  • Phosphates de calcium et phosphates...: 5,8%
  • Engrais minéraux ou chimiques potassiques: 5,8%
  • Parties des véhicules aériens et spatiaux: 5,4%
  • Tomates à l'état frais ou réfrigéré: 3,4%

Produits importés en 2016

  • Voitures de tourisme et autres véhicules: 6,4%
  • Huiles brutes de pétrole ou de minéraux bitumineux: 4,8%
  • Gaz de pétrole et autres hydrocarbures gazeux: 4,7%
  • Huile de pétrole ou de minéraux bitumineux: 4,2%
  • Or, y.c. l'or platiné, sous formes brutes: 2,4%
  • Médicaments: 2,3%
Source: Comtrade, dernières données disponibles

Relations commerciales avec la Wallonie

Exportations wallonnes 2016

72ème marché de la Wallonie

Chiffres et tendances: 0,05% de nos exportations (21,49Mo d’€) en baisse de 1,1% par rapport à 2015.

Poids de la Wallonie dans le total belge: 12,8%

Principaux secteurs concernés:

  • Produits alimentaires, boissons et tabacs: 34,5%
  • Produits des industries chimiques et Produits pharmaceutiques: 26,7%
  • Machines et équipements: 19,3%
  • Animaux vivants et produits du règne animal: 6,9%
  • Instruments d'optique, de précision, d'horlogerie: 3,9%

Importations Wallonnes 2016

92ème fournisseur de la Wallonie.

Chiffres et tendances: Les importations wallonnes sont insignifiantes (6,97Mod’€). Et concernent en 2016 principalement les produits des industries chimiques et Produits pharmaceutiques (99,72%)

Relations commerciales avec la Belgique

Exportations belges 2016

76ème marché de la Belgique

Chiffres et tendances: 167,51 Mios d’€, une augmentation de 1,1% par rapport à 2015

Principaux secteurs concernés:

  • Produits des industries chimiques et Produits pharmaceutiques: 23,16%
  • Machines et équipements mécaniques, électriques et électroniques: 17,50%
  • Produits alimentaires, boissons et tabacs: 16,97%
  • Produits minéraux: 8,99%
  • Animaux vivants et produits du règne animal:  7,79%
  • Instruments d'optique, de précision, d'horlogerie: 7,47%
  • Matériel de transport: 5,07%
  • Matières plastiques et caoutchouc; ouvrages en ces matières: 3,13%
  • Matières textiles et ouvrages en ces matières: 3,10%                      

Importations

93ème fournisseur de la Belgique

Chiffres et tendances: 31,51 Mios d’€ d’importations. Elles concernent majoritairement les produits des industries chimiques et Produits pharmaceutiques (94,26%)

Retour en haut back to top