Energie

L’Espagne est un pays fortement dépendant au niveau énergétique.

Plus de 78,4% de ses besoins sont en effet couverts grâce aux importations.

L’énergie primaire utilisée en Espagne provient pour plus de 80% de combustibles fossiles (pétrole, gaz et charbon), très contaminants.

Le nouveau Plan des Energies Renouvelables (PER) 2011-2020 fixe comme objectifs la production à partir des énergies renouvelables de 20,8% de la consommation brute finale d’énergie dont 11,3% de la consommation d’énergie dans le secteur des transports et 39% de la génération d’électricité.

La part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique espagnol a d’ailleurs augmenté au cours de ces dernières années, représentant une part relativement importante de l’énergie finale.

Le Ministère de l’Industrie espagnol a proposé un nouveau bouquet énergétique et prévoit une augmentation de la demande en électricité à l’horizon 2020.

Au sein de ces énergies, l’éolienne devrait conserver sa forte prédominance dans la production d’électricité, avec 49% de la production nationale d’électricité prévus pour 2020.

Cependant, la contribution de l’énergie hydraulique devrait progressivement diminuer en faveur d’une plus grande participation des énergies solaire photovoltaïque, solaire thermoélectrique et biomasse. Le nouveau PER devrait engendrer 62,7 Mds d’EUR d’investissement (participation du secteur privé incluse).

Agroalimentaire et distribution

Depuis le coup de frein lié à la crise, le marché et la tendance ont changé : c’est un marché plus concurrentiel et mieux structuré.

L’influence de chefs médiatiques a par ailleurs permis de redécouvrir la culture gastronomique espagnole, mise en avant aussi par des industriels locaux dont la formation marketing s’est accentuée.

Le prix reste donc essentiel pour le consommateur, qui accorde également beaucoup d’attention à la qualité des produits proposés.

Les innovations dans ce domaine sont très bien accueillies, surtout par les tranches d’âges plus jeunes.

Les acteurs de ce marché sont les grossistes, les agents spécialisés (peut-être un peu fragilisés par la crise ambiante) qui servent aussi bien le secteur HORECA que les GMS et épiceries fines.

La nouveauté viendra des ventes directes aux consommateurs par le biais de sites internet, soit tenus directement par des fournisseurs en épicerie fine, soit tenus par des grossistes spécialisés dans les produits frais.

Aéronautique

L’industrie aéronautique espagnole se situe au 5ème rang européen en termes de chiffre d’affaires (5,8 Mds EUR en 2012) et d’emplois (37 300 personnes en 2012).

Le secteur regroupe plus de 370 entreprises et continue de connaître une croissance comparable à celle de ces dix dernières années. Il est engagé dans les principaux projets de construction civile (Airbus A380, A350, Boeing, Embraer) et militaire (Airbus A400M, Eurofighter, Tigre) et investit près de 15 % de son chiffre d’affaires annuel dans la R&D.

L’Espagne s’assure une part de plus en plus importante dans les projets internationaux du fait de sa position de leader dans le domaine des matériaux composites et notamment de la fibre de carbone.

Le gouvernement, les communautés autonomes et les clusters régionaux s’organisent pour pouvoir répondre au mieux aux exigences d’un marché global, en mettant en place notamment un cadre propice à l’investissement et en se concertant avec les grands décideurs.

Automobile

5ème exportateur au monde, et 3ème en Europe, le secteur automobile représente une part non négligeable du PIB espagnol.

Le marché a connu une forte contraction sur la période 2008-2010, mais offre de nombreuses opportunités.

Bien que fragilisée par la conjoncture de la zone euro vers laquelle se destine la quasi-totalité de sa production, l’Espagne a exporté 2 024 558 véhicules l’année dernière.

En 2011, l’Espagne a produit 1,74 M de véhicules de tourisme, soit une baisse de 3,15 % sur ce segment. Bonne conjoncture en revanche pour les véhicules industriels qui enregistrent une croissance de 14 % sur l’année.

Le pari a été désormais lancé sur le développement des véhicules électriques et hybrides, avec l’injection de 168,5 M EUR en 2011, le gouvernement ambitionnant la vente de 250 000 véhicules par an.

Le parc automobile également l’un des plus vieux d’Europe : 47 % des véhicules en circulation ont plus de 10 ans, soit 11,9 M de véhicules, représentant une opportunité pour les fabricants et distributeurs de pièces de rechange ainsi que pour les garages .

Par ailleurs, le segment des véhicules de luxe et des tout-terrains est porteur pour les fabricants d’accessoires et d’équipements spécialisés.

Biotechnologies et industrie pharmaceutique

En 2012, l´Espagne a produit 3 % de la production mondiale en biosciences et 9,9 % de la production scientifique européenne.

Le personnel dédié à la biotechnologie a connu une forte augmentation au cours de la dernière décennie, employant ainsi un peu moins de 110 000 personnes en 2012 pour 942 entreprises. Les 2/3 des entreprises ont une claire orientation sanitaire : développement de nouvelles technologies et applications ; agents thérapeutiques ; diagnostic clinique.

Les Communautés autonomes qui apportent le plus de fonds à la biotechnologie sur leurs territoires sont : le Pays Basque et l´Andalousie, avec plus de 100 M EUR, suivis par Madrid, la Galice et la Catalogne apportant entre 50 et 100 M EUR.

Concernant l’industrie pharmaceutique, les ventes de médicaments ont augmenté en 2012, dépassant les 14,8 milliard EUR. Plus des 2/3 ont été vendu en pharmacie et correspondaient essentiellement à des médicaments sous prescriptions.

De plus, la commercialisation de nouveaux médicaments est forte, avec 308 nouveaux médicaments commercialisés en Espagne, dont 221 médicaments génériques. La vente de ces nouveaux médicaments a atteint 121,6 M EUR.

Suite aux nouvelles lois en vigueur, la commercialisation des médicaments génériques se développe considérablement en Espagne (72 % des nouveaux médicaments vendus en 2011 étaient des génériques). Ensuite, des opportunités de partenariats ont été identifiées dans le secteur des biotechnologies car ce dernier est soutenu par de nombreuses initiatives publiques.

Retour en haut back to top