Organisation politique

Le chef de l’État est la Reine d’Angleterre, également Reine d’Australie depuis 1973. Représentée par un gouverneur général dont le rôle est honorifique, elle est investie de pouvoirs constitutionnels (dissolution du Parlement), mais, en pratique, n’a plus de pouvoir réel. Consultés par référendum en octobre 1999 sur le passage à la République, les Australiens ont tranché en faveur du maintien du système.

Le Commonwealth d’Australie est ainsi une fédération de six États (Nouvelle-Galles du Sud, Victoria, Queensland, Australie du Sud, Australie occidentale et Tasmanie) et deux Territoires (Territoire du Nord et Territoire de la Capitale australienne). Le système politique australien se caractérise donc par la superposition de trois niveaux: fédéral, fédéré et local.

Le gouvernement fédéral

La Constitution donne les pouvoirs législatifs au Parlement fédéral dans des domaines variés relevant de l’investissement étranger, la fiscalité, le commerce international et inter-État, les télécommunications, la banque, l’assurance, la faillite et l’insolvabilité, la propriété intellectuelle, l’immigration et les litiges industriels. Le pouvoir législatif est confié au Parlement constitué d’une chambre haute (le Sénat) dont les 76 sénateurs sont élus pour six ans avec renouvellement par moitié et d’une chambre basse (la Chambre des représentants) de 150 députés élus pour trois ans au suffrage universel direct.

Le parti qui détient la majorité des sièges de la chambre basse forme le gouvernement fédéral pour un mandat de trois ans. Le chef du parti majoritaire devient premier ministre. Le pouvoir exécutif est assuré par le "cabinet" comprenant les ministres issus du parti majoritaire et le premier ministre. Il siège à Canberra.

Les États fédérés

Les parlements de chaque État ont deux chambres, basse et haute (à l’exception du Queensland). Comme pour le pouvoir fédéral, le Premier ministre de l’État est chef du cabinet, organe exécutif. Il est donc le leader du parti majoritaire à la chambre basse. Son mandat est de quatre ans. Les membres des parlements des États fédéral et fédérés sont élus par la population: le vote est obligatoire pour les citoyens australiens âgés de plus de dix-huit ans, sous peine d’amende. Les États fédérés et Territoires, qui ne légifèrent que sur les sujets non dévolus à l’échelon fédéral sont compétents notamment en matière d’infrastructures et de services communautaires comme l’éducation, la santé ou la police. Ils prélèvent des impôts locaux, tels que la taxe foncière ou le droit de timbre sur certaines transactions.

Les gouvernements locaux

Leur compétence découle des ordonnances des parlements des États fédérés. Les municipalités et comtés, dont le maire et le conseil sont élus par leurs ressortissants, ont une autonomie non négligeable dans les affaires d’intérêt local, notamment en matière d’aménagements collectifs. Ils peuvent mettre en place des taxes sur la propriété foncière.

Partage des pouvoirs

La loi fédérale prime sur les lois des États et des Territoires. Toute offre d’investissement étranger doit respecter tant la loi fédérale que la loi du Territoire ou de l’État dans lequel est prévu l’investissement. Dans certains cas, la loi locale est aussi applicable (notamment concernant les permis de construire). En cas de litige sur les compétences respectives de l’État fédéral et des États fédérés, la Haute Cour de justice australienne est saisie.

Principaux partis politiques

 Le paysage politique est dominé par les courants politiques incarnés par le Parti Travailliste australien, le Parti Libéral et le Parti National.

 Au delà de ces partis principaux, les petits partis (Démocrates, Verts, Indépendants) peuvent jouer un rôle significatif d’appoint dans la constitution des majorités gouvernementales.

 Après la Seconde guerre mondiale, des gouvernements travaillistes se sont succédés au pouvoir jusqu’en 1949, puis de 1972 à 1975, de 1983 à 1996. Les Travaillistes sont revenus au pouvoir en novembre 2007 avec le gouvernement de M. Kevin Rudd qui a mis fin à 13 ans de domination conservatrice. Mme Julia Gillard a succédé à M. Kevin Rudd le 24 juin 2010.

 Du côté des Conservateurs, le Parti Libéral et le Parti National ont dominé de 1949 à 1972, de 1975 à 1983 et pendant les quatre mandats de M. John Howard, de 1996 à 2007.

Le gouvernement Abbott (69ème gouvernement) a été formé après les élections fédérales de 2013 par le conservateur Tony Abbott et regroupe 19 ministres issus du parti libéral et du parti national.

 

Composition du gouvernement

Premier Minstre : Tony Abbott/Parti libéral
 
Vice-premier ministre/Ministre des infrastructures et du développement régional : Warren Truss/Parti national
 
Ministre des Affaires étrangères : Julie Bishop/Parti libéral
 
Ministre de l'emploi : Eric Abetz/Parti libéral
 
Procureur général-Ministre de la Culture/Vice-Président du Conseil exécutif fédéral : Georges Brandis/Parti libéral
 
Ministre des finances : Joe Hockey/Parti libéral
 
Ministre de l'agriculture : Barnaby Joyce/Parti national
 
Ministre de l'Education : Christopher Pyne/Parti libéral
 
Minstre des Affaires aborigènes : Nigel Scullion/Parti national
 
Ministre de l'industrie : Ian Macfarlane/Parti libéral
 
Ministre des services sociaux : Kevin Andrews/Parti libéral
 
Ministre des communications : Malcolm Turnbull/Parti libéral
 
Ministre de la santé, Ministre des sports : Peter Dutton/Parti libéral
 
Ministre des petites entreprises : Bruce Billson/Parti libéral
 
Ministre du commerce et de l'investissement : Andrew Robb/Parti libéral
 
Ministre de la Défense : David Johnston/Parti libéral
 
Ministre de l'environnement : Greg Hunt/Parti libéral
 
Ministre de l'immigration et de la protection de la frontière : Scott Morrison/Parti libéral
 
Ministre du budget : Mathias Cormann/Parti libéral

Liens utiles

Governments of Australia Entry Point: http://www.australia.gov.au
Département des Affaires étrangères et du Commerce: http://ww.dfat.gov.au

Retour en haut back to top