Informations

Dates :28.03 - 04.04.2020
Sur Twitter : #BEmissionCOD
Conditions de participation

Inscription

Contact

Marysol Michez
32-2-421.84.47
m.michez@awex.be

Secteur(s)

Organisateur

Hub.brussels
AWEX - CCW

En détail

MISSION ECONOMIQUE MULTISECTORIELLE

EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Kinshasa (Du 28 mars au 1er avril 2020) et Lubumbashi (Du 1er avril au 04 avril 2020)

 

 

L’Agence Wallonne à l’Exportation et aux Investissements étrangers, en collaboration avec hub.brussels, a le plaisir de vous annoncer la prochaine mission économique et commerciale multisectorielle qui se rendra à Kinshasa et à Lubumbashi du 28 mars au 4 avril 2020.

Le pays et ses opportunités d'affaires

Avec une superficie de 2.345.000 km² (77 fois la Belgique, 2ème pays du continent après l’Algérie), la République Démocratique du Congo compte plus de 70 millions d’habitants, dont 80 % a moins de 25 ans, et en comptera 150 millions d’ici 2030. La RDC connaît un taux de croissance moyen de 6 à 7% depuis 2014 (2,8% en 2018).

Cette mission s’inscrit dans le cadre de visite récente en Belgique, en septembre 2019, du Président Monsieur Félix Tshisekedi. A cette occasion, le chef de l’état avait mis l’accent sur les différents secteurs d’activités qui font partie des priorités du Gouvernement congolais. Notre mission économique s’articulera en conséquence sur les secteurs suivants :

1. L’agriculture, la pêche et l’élevage

Toute la chaîne de valeur concernant l’agriculture, la pêche et l’élevage, des bureaux d’études à la commercialisation et au marketing, en passant par la génétique animale ou végétale, les techniques et équipements de transformation et de conservation (notamment l’emballage) et la formation.

La RDC importe chaque année pour près de 1.5 milliards USD de denrées alimentaires. Pourtant ce pays possède un potentiel agronomique exceptionnel et une superficie de terres agricoles inégalée en Afrique, qui lui permettrait, sur base d’une agriculture intensive, de nourrir 2 milliards de personnes. Au lieu de cela, à peine 10 % des 80 millions d’hectares de terres arables de la RDC sont mises en valeur et les rendements à l’hectare s’apparentent à ceux des pays du Sahel, même si les données éco-climatiques sont favorable à l’agriculture dans tout le pays .

2. Le secteur forestier

La République Démocratique du Congo possède environ 135 millions d’hectares de forêts naturelles, avec un taux de couverture de près de 60% du territoire, soit 10 % de l’ensemble des forêts tropicales du monde et environ 45 % de celles d’Afrique.

Le niveau de l’exploitation forestière (pour le bois d’œuvre) est faible au regard du potentiel de production estimé à environ 6 millions de mètre3 par an. En effet, à peu près 100 000 hectares de forêts sont annuellement alloués à l’exploitation forestière pour une production annuelle d’environ 500 000 m3. La contribution du secteur forestier dans le PNB est estimée à 10%.

Les forêts sont menacées de dégradation non seulement par des coupes non contrôlées, mais surtout par la mise en culture itinérante pour la production vivrière qui convertirait annuellement une superficie estimée à environ 532 000 ha de forêts, entraînant ainsi des pertes importantes en matière de biodiversité.

3. Le Tourisme et la conservation de la biodiversité

Au-delà du secteur forestier proprement dit, de nouvelles opportunités d’affaires apparaissent dans le domaine de la conservation de la nature et de l’écotourisme. La RDC détient 13% du territoire national constitué en aires protégés : 8 parcs nationaux et 57 réserves et domaines de chasse dont 5 figurants sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO (VIRUNGA, KAHUZI BIEGA, GARAMBA, SALONGA et la Réserve à faune à OKAPIS).

La RDC figure au 5ème rang mondial en termes de Méga biodiversité, ce qui représente un potentiel touristique et scientifique important. A côté de l’écotourisme, d’autres segments du secteur du tourisme offrent des perspectives de développements intéressants notamment le tourisme fluvial, le tourisme historique et culturel, le tourisme minier et le tourisme de congrès.

4. L’énergie (production, transport et commercialisation d’énergie)

Le secteur de l’énergie en RDC se décompose en biomasse (bois de chauffe ou charbon de bois) : 95 %, en hydroélectricité : 3 % et en produits pétroliers :  2 %.

Le potentiel énergétique de la RDC est important surtout en hydroélectricité : 100.000 MW identifiés, dont 44 000 MW au site d’Inga et 56 000 MW disséminés sur 780 sites hydroélectriques dans le pays. Le potentiel de production en énergie solaire est de 70 000 MW identifiés.

Seulement 2,5 % de cet immense potentiel est véritablement exploité. Si bien qu’on constate une grande insuffisance de l’offre en énergie électrique (Puissance installée : ±2500MW, Puissance disponible : ±1500 MW, et une demande croissante de l’énergie électrique).

Rien que dans la riche province minière de l’ex-Katanga, le déficit énergétique est de 1 500 à 2 000 MW. Le taux de desserte national d’électricité est de 15% pour une moyenne africaine de 30%, avec seulement 1% de la population ayant accès à l’électricité en milieu rural et 40% dans les centres urbains.

5. L’eau (production, transport et distribution)

La RDC est le château d’eau de l’Afrique : elle détient 55% de réserves en eau douce du continent africain et le fleuve Congo et ses affluents constituent le second bassin le plus étendu au monde après l’Amazone. Paradoxalement seulement 22% de la population totale a accès à l’eau potable.

6. Traitement des déchets (collecte, tri et traitement des déchets industriels et ménagers)

L’assainissement reste un problème majeur en particulier la gestion des déchets plastiques ou des déchets hospitaliers dans une ville de plus de 12 millions d’habitants comme celle de Kinshasa. L’exploitation minière industrielle ou artisanale provoque aussi souvent des problèmes de pollution du sol, de l’air ou des rivières. L’insalubrité dans les grandes villes entraine régulièrement des épidémies de choléra.

7. La Santé  (production et vente de médicaments, matériels médicaux, mutuelle de santé, logiciels de gestion hospitalière et pharmaceutique).

Les indicateurs socio-sanitaires du pays se sont améliorés mais restent insuffisants, loin de la moyenne exigée pour atteindre les objectifs du millénaire par rapport à la mortalité des enfants de moins de cinq ans et la santé maternelle. Pour faire face à ces problèmes, le Gouvernement congolais a lancé un plan d'amélioration de la santé de sa population en commençant par des soins de santé primaire de qualité aux groupes les plus vulnérables. Ces projets sont financés en grande partie par ses partenaires techniques et financiers du secteur de la santé : BANQUE MONDIALE, UNICEF, Fonds mondial, GAVI (Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination), OMS, FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la population) et d’autres.

Les bailleurs de fonds privés et les grandes sociétés financent également le secteur de la santé dans le cadre de la responsabilité sociétale de leur entreprise, tel qu’exigé par la loi. Il en est de même des ménages, qui financent aujourd’hui 45% des soins de santé. Un système de mutuelles de santé commence progressivement à se mettre en place, qui devrait être encouragé par la libéralisation en cours du secteur des assurances. Tout ceci explique sans doute la prolifération de cliniques privées, de centres d’imagerie médicale et de laboratoires d’analyses biomédicales dans les principales villes du pays.

8. La construction

Des opportunités existent pour:

  • Les développeurs immobiliers à Kinshasa ou autour de grands sociétés minières comme Ivanhoé, qui a l’intention de construire une nouvelle ville autour de son site de Kamoa (à 6 km de Kolwezi);
  • Les urbanistes, les architectes, les bureaux d’études;
  • Les techniques de construction innovantes et adaptées à un pays tropical comme la RDC;
  • Les matériaux de construction et notamment l’écoconstruction et la valorisation des matériaux de construction locaux dans la construction.

9. Transport et voies de communication 

La question du transport et des infrastructures de communication capables de relier les centres de production aux centres de consommation est à la fois un frein au développement industriel du pays et une opportunité quel que soit le mode de transport : routier, lacustre et fluvial, ferroviaire, aérien, urbain ou multimodal.

10. Banques et assurances, NTIC

Des opportunités existent dans tout ce qui est : logiciels de lutte contre le blanchiment d’argent, Fintech, sécurité informatique des paiements, logiciels d’actuariat, mobile money et formations dans le secteur des banques et assurances.

11. Multimédias

Dans le cadre du passage d’un système de transmission analogique à un système de transmission numérique terrestre, il existe de nombreuses opportunités en RDC pour tous les équipementiers des radios et des télévisions (son et image).

12. La formation et le conseil aux entreprises

Les incubateurs d’entreprises, les accélérateurs de start up, les bureaux de recrutement, les spécialistes des ressources humaines, le matériel didactique, l’e-learning, les formations spécialisées dans tous les secteurs cités plus haut, l’approche par clusters et centres de compétences.

Programme provisoire

Sous la coordination de Monsieur Jérôme Roux, Conseiller Economique et Commercial tri-régional (CEC) établi à Kinshasa, le programme sera composé de séminaires d’information et de tables rondes, de B2B individuels, de moments de networking informel et de visites de terrain.

Programme provisoire:

Samedi 28.03.2020 Bruxelles - Kinshasa

18h55 :Arrivée à Kinshasa avec le vol de Brussels Airlines

20h00:check-in à l’hôtel Pullman Hôtel 4 av Batetela Gombe

Dimanche 29.03.2020 Kinshasa

11h30 : Briefing entre participants à l’hôtel 

Lundi 30.03.2020 Kinshasa  

Thème: « Comment relever le défi de la diversification de l’économie en RDC: l’apport du savoir-faire belge».

Lieu: Salon Congo du Pullman Hotel

8h30 – 10h30: Séminaire d’ouverture de la mission au salon Congo du Pullman Hotel

10h30– 12h00: Pause-café et ou B2B

12h00-13h30: Déjeuner libre

13h30-17h00: B2B

18h00-20h00: Réception chez l’ambassadeur de Belgique à Kinshasa.

Mardi 31.03.2020 Kinshasa

09h00-12h30: Entretiens interentreprises à l’hôtel

12h00-13h30: Déjeuner libre

13h30-17h00: B2B à l’hôtel

18h00-20h00: Réception chez Kathryn Brahy, Déléguée Générale Wallonie-Bruxelles.

Mercredi 1.04.2020 Kinshasa-Lubumbashi

7h00 : Départ de Kinshasa vers Lubumbashi

10h20: Arrivée à Lubumbashi et insatlation au Grand Karavia Hotel

16h00: Séance d’ouverture de la mission dans le Haut-Katanga

19h00- 21h30: cocktail chez le Consul général de Belgique à Lubumbashi (sur invitation).

Jeudi 2.04.2020 Lubumbashi

09h00-12h30: Entretiens interentreprises à l’hôtel

12h00-13h30: Déjeuner libre

13h30-17h00: B2B à l’hôtel

19 h00 – 21h00: cocktail avec la FEC Katanga ou le Gouvernorat (tbc)

21h00: retour à l’hôtel

Vendredi 3.04.2020 Lubumbashi

09h00-12h30: Entretiens interentreprises à l’hôtel

12h00-13h30: Déjeuner libre

13h30-17h00: B2B à l’hôtel

Samedi 04.04.2019 Lubumbashi- Bruxelles

11h50-13h10: Vol Congo Airways Lubumbashi-Kinshasa

Visite du Parc Naturel de la Nsele (à 30 minutes de l’aéroport)

21h00-6h10: Kinshasa-Bruxelles.

Logement, transport et formalités

Hôtels

Kinshasa:

Pullman Hôtel: 4 av Batetela Gombe

Mobile: +243 (0) 808503642- Réception Pullman +243 (0) 85 8000 111/ h9635-sb1@accor.com. Pullmanhotels.com – accorhotels.com

Lubumbashi:

Grand Karavia Hotel, 55 Route du Golf, Quartier Golf Lubumbashi, Democratic Republic of Congo

Tel: +243 (0) 81 558 3058

Cell: +243 (0) 81 152 5519

Les tarifs préférentiels reçus à ce stade sont les suivants:

Single room 175 U$ (160 euros) (Petit déjeuner / internet inclus) - Double Room 210 U$ (200 euros).

Chaque participant est responsable de la réservation (via Jérôme ROUX) et du paiement de ses hôtels. 

Plan de vol

Vous trouverez ci-dessous le plan de vols que nous vous proposons dans le cadre de la mission avec Brussels Airlines

Bruxelles (BRU) - Kinshasa (FIH)- 28 mars

10:50 Bruxelles, Brussels National- 18:55 Kinshasa, N'Djili (8h05 min Sans escale)

Kinshasa (FIH) - Bruxelles (BRU) – 4 avril

20:15 Kinshasa, N'Djili- 05:15 (+1) Bruxelles, Brussels National (8h00 min Sans escale)

Prix approximatif: A/R 585,72 €

Vols internes 

Société Congo Airways (blacklisté à vos propres risques):

Aller: jeudi 1er avril Kinshasa 07:00 - Lubumbashi 11.35

Retour: samedi 4 avril  Lubumbashi 08:00 - Kinshasa 09:20

Chaque participant est responsable de la réservation de ses vols internationaux.

Vous recevrez plus de details concernant les modalités pour réserver les vols internes. 

Chaque participant est libre de prendre des vols alternatifs, à condition d’en informer Marysol Michez et Jérôme Roux (contacts:infra).

Informations pratiques

Cash

Il y a des distributeurs de billets sur place, mais il est préférable d’emporter des dollars US (seuls les billets impeccables avec ce qu’on appelle des ‘grosses têtes’ sont acceptés).

Visa

Vous trouverez toutes les informations via le lien suivant:

http://www.ambardc.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=119&Itemid=70

En vue de faciliter la demande de visa, nous informerons régulièrement l’ambassade des participants inscrits.

Inscription à la mission

Etant donné que nous attendons un grand intérêt pour cette mission, et afin de la rendre gérable, un nombre limité d’entreprises seront acceptées. Les demandes de participation seront validées dans l’ordre chronologique de réception.

La participation à la mission est totalement gratuite pour les entreprises wallonnes. Pour y participer, il est toutefois nécessaire de compléter le formulaire d’inscription électronique disponible sur le site de l’AWEX.

Le formulaire dûment complété devra nous parvenir au plus tard le 30 décembre 2019, date de clôture des inscriptions. Attention, au-delà de cette date, l’AWEX ne sera plus en mesure de vous assurer l’intégralité des services généralement offerts dans le cadre de l’organisation de missions économiques.

Dès que nous aurons valider cet engagement, nous vous ferons parvenir le questionnaire commercial qui sera utilisé pour établir votre programme individuel de rendez-vous.

La participation aux missions de l’AWEX est réservée aux sociétés ayant un siège d’exploitation en Wallonie et qui y développent une activité significative en termes d’emploi et/ou de valeur ajoutée pour l’économie wallonne.

Soutien financier de l'AWEX

Depuis le 1er janvier 2016, les demandes d’incitants ayant fait l’objet d’un accord ministériel bénéficient d’une procédure de paiement simplifiée, en application du principe de confiance.

L'incitant «Support Mobilité hors U.E.», pour autant que les conditions d'éligibilité soient respectées, peut soutenir vos efforts de prospection commerciale à l'étranger, à l'occasion de la présente initiative. Pour l'introduction effective de votre demande, je vous invite à recourir au formulaire électronique disponible ici et qui est disponible sur le site Internet de l'AWEX.

Attention, pour pouvoir être prise en considération, votre demande devra nécessairement être introduite au minimum 10 jours ouvrables avant le début de la mission.

Si vous souhaitez des renseignements à ce sujet, je vous invite à prendre contact avec Sofia Kabayiza (02/421.85.68) ou avec Christophe Servais (02/421.85.67).

Vous pouvez également solliciter gratuitement l’accompagnement d’un coach durant 5 jours à répartir sur un an pour réussir votre projet d’exportation. La description complète du programme, le profil des coaches ainsi que le formulaire pour solliciter le coaching est disponible sur le site de l’AWEX.

Contact

Marysol Michez, Project Manager, service Afrique, Proche et Moyen-Orient, Tél: +32 2 421 84 47; m.michez@awex.be

Aide(s) disponible(s) de l'AWEX

Support Mobilité hors UE

Prospectez de nouveaux marchés hors Union Européenne pour créer un réseau de distribution ou nouer des partenariats et invitez en Belgique vos partenaires commerciaux avérés ou potentiels.

Retour en haut back to top